Renforcement des collectivités

Le président de la FENAMH salue la plaidoirie de Cholzer Chancy en faveur des collectivités

Publié le 2017-03-17 | Le Nouvelliste

National -

Le président de la Chambre des députés a clairement pris parti en faveur des municipalités dans une prise de position publiée cette semaine au journal Le Nouvelliste. Cholzer Chancy a plaidé pour que de nouvelles ressources soient dégagées du prochain budget pour les municipalités. Le président de la Fédération nationale des maires d’Haïti (FENAMH) a salué cet engagement du parlementaire et appelé le prochain gouvernement à prendre ses responsabilités. « Le devoir nous incombe de prendre toutes les dispositions pour que dans le nouveau budget de la République les ressources nécessaires soient mises à la disposition des municipalités, en addition à leurs ressources propres générées par la fiscalité locale parfois très limitée, à celles de la coopération et du Fonds de gestion et de développement des collectivités territoriales prioritairement dédié à leur fonctionnement », a écrit Cholzer Chancy. « La Fédération nationale des maires d’Haïti (FENAMH) a lu avec satisfaction votre article paru dans Le Nouvelliste en date du 15 mars 2017 dans lequel vous avez fait un plaidoyer en faveur des municipalités haïtiennes. La FENAMH félicite cette publication dans sa forme et teneur digne d’un grand patriote et d’un vrai homme d’Etat. Honorable Député, votre argumentaire prouve combien vous maîtrisez la question et êtes préoccupé par le traitement que lui donnent les gouvernements qui se sont succédé en Haïti », a répondu avec satisfaction Jude Edouard Pierre, président de la FENAMH et maire de la commune de Carrefour. Selon Jude Edouard Pierre, les statistiques disponibles sur les finances municipales pour l’ensemble du territoire décrivent une situation chaotique. « Moins d’un milliard de gourdes de recettes pour les cent-quarante (140) communes, dont 95% sont collectées par six (6) municipalités de la zone métropolitaine, c’est-à-dire cent trente-quatre (134) d’entre elles ne gagnent ensemble que 5%. Cette injustice doit cesser. La Constitution amendée de 1987 reconnaît que nous vivons dans une République unitaire et décentralisée, pourtant depuis trente (30) ans il n’existe aucune politique publique visant à rendre effective la décentralisation », a expliqué le maire. « Voilà pourquoi , a-t-il dit en s’adressant au député Chancy, votre plaidoyer attire autant tous les secteurs de la vie nationale et les partenaires internationaux préoccupés par l’Etat monstrueux de nos communes et la mainmise du pouvoir exécutif sur les ressources budgétaires de la République… » M. Pierre a soutenu sa position en déclarant : « lors de la première manche du processus de ratification de l’énoncé de sa politique générale au Sénat, la décentralisation n’a pas été évoquée par le Premier ministre, le Dr Guy Jack Lafontant. Pire encore, mis à part l’intervention du sénateur des Nippes, l’honorable Francenet Dénius, aucun des pères conscrits ayant gravi la tribune n’a effleuré la question ».

Réagir à cet article