Des marchés potentiels en Haïti mais inexploités

À travers un rapport sur les flux commerciaux entre Haïti et la République dominicaine, le Centre de facilitation des investissements (CFI) a mis en évidence des marchés importants à exploiter actuellement dans le pays.

Publié le 2017-01-04 | Le Nouvelliste

Economie -

Intitulé « Les flux commerciaux entre Haïti et la République dominicaine. Opportunités pour accroître la production haïtienne», ce rapport présente des chiffres sur les importations d’Haïti de la République dominicaine afin de montrer les opportunités spécifiques d’investissement dans le pays à partir de la forte demande stimulée par certains produits, dont la farine de blé, la viande de poulet et œufs, le ciment et les produits connexes, les ustensiles de cuisine, etc. « Bien que les marques internationales dans les supermarchés soient très appréciées par les consommateurs, la transformation des tomates en ketchup et en sauce est un marché important à exploiter pleinement avec plus de 30 millions de dollars américains d’importations de la République dominicaine en 2014 », indique le rapport dans un encadré. Outre la Famosa, une entreprise haïtienne, la CFI estime que de nouvelles entreprises pourraient entrer sur le marché pour offrir un plus grand choix de produits locaux aux consommateurs. Un autre produit, la farine de blé, est cité dans ce rapport comme un marché intéressant. « La transformation du blé importé en farine pour satisfaire un important marché local est un secteur à fort potentiel de croissance en Haïti. Avec des importations en provenance de pays autres que la République dominicaine s’élevant à près de 4,5 millions de dollars américains, toutefois, le marché total de substitution aux importations atteint 83 millions de dollars américains », souligne le rapport, mettant l’accent sur la probabilité que le pays devienne un producteur de blé compte tenu de son climat tropical. Dans le rapport, les biscuits sucrés (cookies) importés de pays autres que la République voisine représentent plus de 18 millions de dollars US. D’après le CFI, le marché local est estimé à 43,52 millions de dollars américains. En ce qui concerne les viandes de poulet et les œufs, ils sont présentés dans le rapport comme des produits complémentaires dans une certaine mesure. La viande de poulet importée de pays autres que la République voisine se chiffrent à plus de 66 millions de dollars américains. Dans ce secteur, l’alimentation des poulets constitue le grand défi. Il n’y a pas que les aliments qui offrent des opportunités d’investissement. Les ustensiles de cuisine et la vaisselle en plastique offrent des opportunités de substitution aux importations évaluant à près de 40 millions de dollars. « C’est une excellente opportunité pour les entreprises qui produisent dans le pays des articles en plastique, dont les bouteilles », note le rapport, révélant que les droits de douane de 15% peuvent être une protection considérable contre la concurrence dominicaine. Les ciments et les produits connexes représentent une valeur de 64 millions de dollars. «Ils représentent un énorme marché potentiel pour les investisseurs surtout lorsqu’on y ajoute sur cette valeur les 13, 5 millions de dollars d’importations provenant de pays autres que la République dominicaine », lit-on dans le rapport, faisant mention des droits de douane fixés à 3,5% qui offrent un certain niveau de protection. Enfin, les sacs et sachets en plastique, d’après le rapport, représentent au moins 25 millions de dollars en importations provenant de la République dominicaine. Des importations provenant d’autres pays sont estimées à près de 3,5 millions de dollars. « Avec des droits de douane de 25%, ce secteur est fortement protégé », souligne le rapport. À souligner que ce rapport a pour support un document intitulé « Les flux commerciaux entre Haïti et la République dominicaine. Opportunités pour accroître la production haïtienne», publié en mars 2016.

Réagir à cet article