Peinture

\"Kafou marassa\", la rencontre de 9 mondes

10 décembre 2004, à la Galerie Marassa, à Pétion-Ville, a eu lieu le vernissage des oeuvres récentes de 9 artistes. Un évènement qui aura, indubitablement, marqué la fin de cette année. Le thème retenu était \"Kafou Marassa\". Un véritable carrefour où des artistes de style tout à fait différent l\'un de l\'autre prennent feu dans un même espace. Une pléïade de créateurs de renom: Gasner Armand, Kate Taratt Cross, Patrick Boucard, Marithou, Philippe Dodard, Iris, Grégory Vorbe, Marie José Nadal et Robert Paret.

Publié le 2004-12-28 | Le Nouvelliste

Culture -

\"Kafou Marassa\" est le résultat d\'une résidence tenue à Furcy en septembre dernier. \"Cette initiative est prise à un moment où nous sommes tous dans un \'\"carrefour\" avec comme pour objectif de remettre les artistes dans une ambiance de création\" écrit Michèle Frisch, propriétaire de la Galerie Marassa [...] et d\'organiser au mois de décembre une Exposition-vente. Une fois la porte de la Galerie Marassa franchie, le spectateur est entré dans un autre pays. Un autre univers qui ne ressemble à rien de connu ni de réfléchi. Percuté par la force, l\'aura que dégage chaque pièce exposée, il s\'y plonge jusqu\'au cou, délibérément ou pas. Le grand bain. Onirique, magique. Marithou Marithou était assise, près de quelques-unes de ses toiles, les jambes en croix, un verre à la main lorsque j\'étais arrivé. L\'oeuvre de cette grande figure de notre peinture qui signe tout court \"Marithou\" se veut refus de l\'art pauvre. Son art est plutôt le creuset d\'une charge à la fois abstraite et figurative. Cette femme, avec sa touche qui chavire, veut , dirait-on, distiller, étaler toutes les râtures, les crasses et carcasses du pays et de l\'espace dans ses tableaux. Des couleurs plutôt violentes, vives qui ne vous laissent pas froid. Patrick Boucard Patrick Boucard, diplômé en 2001 du Central St Martin School of Art avec un master\'s degree en Beaux-Arts, travaille sur ombre et lumière, ombre et pénombre. Sa pièce titrée \"Shadow\" en dit long sur cette longue recherche qui remonterait au temps de la genèse. Les ténèbres et la lumière . Cet artiste qui, depuis son retour au pays natal, partage sa vie entre le Sant d\'A Jakmèl fondé en 2002 et le festival du Film de Jacmel en 2003, vous propulse dans son monde mathématique, thématique, barricadé de suspicions, de dilemmes à force d\'aplats et d\'ombres. L\'ombre ou la lumière? Ses pièces de dimensions variées vous invitent. L\'intégration du spectateur dans l\'espace d\'abstraction pure et dure de l\'artiste. Est-ce l\'ombre de la vallée de la mort? Philippe Dodard Les toiles de Philippe Dodard sont peuplées de vèvès déformés, casés, ébréchés sous son couteau, ses éponges, ses pinceaux. Ancien adepte du Poto-Mitan sous la direction de Tiga, Patrick Vilaire et de Frido Casimir, il ne s\'aventure pas dans la facilité ou la stylisation. Il crée sans effort, comme Tiga a toujours conseillé à ses élèves. Les symboles et les signes empruntés aux rituels vodous jouent un rôle primordial dans sa peinture, dans la mesure où ses tableaux illustrent ce pan fort de notre culture, de notre imaginaire collectif. L\'acte de création, pour Dodard, est un acte sacré. Une façon de s\'extirper de ses contraintes intérieures. D\'où le côté, quelque part, thérapeutique de sa peinture qui, continue-t-il, fait parfois office de tremplin pour se débarrasser des crasses de cette vie. Une porte ouverte sur les rituels, la spiritualité vodoue. Une expérience spirituelle, O combien, forte et enrichissante. Iris \"Iris\", de son vrai nom Geneviève Lahens, cette femme diplomée en architecture de l\'Ecole des Beaux-Arts de Paris, après avoir remporté le prix de dessin à la Biennale d\'Architecture de la Caraïbe à Santo Domingo, s\'est lancée corps et âme dans une nouvelle carrière qui était la peinture. Une sorte de deuxième nature. Iris, de nos jours, compte plusieurs expositions collectives et individuelles. Ici et ailleurs. Sa peinture vit et vole, une présence qui remplit l\'espace et le temps. Fruit d\'un travail de longue haleine. Une palette qui unit le rouge pourpre, l\'or, l\'ocre. La cohésion parfaite entre le fond et la forme d\'une oeuvre qui parle d\'elle-même. Haut et fort. Un dialogue intense avec l\'univers et son génie créateur. Gasner Armand Multiple aspects d\'une oeuvre riche. Un creuset d\'humilité, d\'angoisse de toutes sortes étalées en toutes les couleurs sur ses toiles. Gasner Armand, né à la Croix-des-Bouquets le 11 juin 1936, entre très jeune au Centre d\'Art, où Pierre Monosiet l\'initie à l\'aquarelle. La composition, dans l\'oeuvre de Gasner, se détache des noeuds et des gymnastiques de l\'hermétique. Ça coule d\'une inspiration sans limites. Le spectateur ne va pas par quatre chemins pour entrer et ce, de tout son long, dans les lignes , les mouvements de cet ex-directeur du Musée du Collège St-Pierre et Membre fondateur de la Fondation Culture Création. Robert Paret Robert Paret, écrivain, peintre, veut à tout prix inscrire son oeuvre, au fer rouge, aux marges du classique, en plein dans l\'art et non l\'art-pour-art. D\'ailleurs son architecture en témoigne. Il est de ceux, cet architecte de carrière qui a échangé son crayon pour le pinceau, qui trouve que le temps est trop court pour badiner. Son espace pictural enfante des glissements de toutes sortes, les sentiments d\'un artiste ardent face à une réalité qui s\'avère des plus dures à cuir. La recréation des acteurs de la vie quotidienne dans ses toiles étonnent et n\'ont de cesse d\'étonner tout un chacun. Une énergie émergée des tréfonds de son être à la fois inconscient et percutant. Une peinture dépouillée de toute préfiguration. Kate Tarrat Cross Kate Tarrat Cross, née à Johannesburg, en Afrique du Sud, vit depuis 1995 en Haïti avec son mari haïtien. Elle se lance dans une grande quête de soi. Etre-matière qu\'elle ne reconnaît plus ou pas. Pataugeant dans l\'ombre, sa propre ombre, elle veut dire, montrer à la face du monde les fibres de ses doutes sur la réalité et l\'iréel, la peur et la liberté. Dans ses toiles, couleurs et ombre s\'épaulent dans un élan d\'amour, de complicité. A première vue, le spectateur peut voir cette primauté toujours flagrante de l\'abstrait sur le figuratif, sur le déjà fait, le déjà vu, les scories et les clichés de l\'académique. Marie- José Nadal La peinture de Marie-José Nadal est profondément enracinée dans la dynamique caraïbe, des îles. Une composition pure. Les taches de ce bleu turquoise, indigo que cette grande femme de la peinture haïtienne donnent une dimension clairvoyante, anachronique à l\'acte même de créer. La magie créatrice des images surgies. Ses toiles grouillent de mouvements et de formes abstraits. Une abstraction qui n\'agresse pas. Née à Port-au-Prince le 22 avril 1931, Marie-José Nadal est en 1944 l\'une des premières artistes du Centre d\'Art, exposant à treize ans et demi. Elle est l\'une des instigatrices du groupe \"Les femmes peintres\". Mouvement qui s\'est propagé aux Etats-unis grace à Lois Maïlou Jones Pierre-Noël. De 1944 à 1984, elle expose en Haïti, aux Etats-Unis, au Canada, au Brésil, en Espagne, En République Dominicaine, en France et au Surinam, puis en Martinique, en Guadeloupe et à Puerto Rico. Elle reçoit le deuxième prix du Salon Esso, à Port-au-Prince, en 1965, avec \"L\'oiseau Noir\" . Un de ses tableaux , \"Paysage Spatial\" a été choisi pour faire partie de la Collection du Musée de Rennes, en France. Son oeuvre \"L\'Ancêtre\" appartient au Musée d\'Art Haïtien du Collège St-Pierre. Elle publie le livre \"Peinture Haïtienne\" en 1986 aux Editions Nathan , Paris, conjointement avec Gérald Bloncourt. Grégory Vorbe Grégory Vorbe est né le 14 février 1966 à Port-au-Prince. Il est l\'une des figures de proue du groupe de roots, jazz, blues \"Ndiginous\". A fait des études en Arts Graphiques à l\'Université Américaine à Washington DC. Influencé par les mouvements d\'identité caraïbe, Grégory Vorbe allie les traditions amérindiennes à celles de l\'Afrique. D\'où cette valse, à n\'en plus finir, de gestes, de mouvements, de couleurs dans sa peinture. La composition de ses tableaux est bougrement proche de l\'artisanat. Toutefois respire un air des choses pas terre-à-terre. Plutôt la continuité de cette longue quête d\'identité dans tout ce qu\'il fait. \"Vèvè Marassa Dossou Dossa\" , l\'oeuvre commune Dans la salle, parmi un grand nombre de tableaux de dimensions relativement variées, une fresque s\'impose. En pièce maîtresse. Les couleurs et les formes surgies sont éclatantes et éclatées en mille parcelles de toutes choses. C\'est une oeuvre collective qui porte l\'empreinte, en toute individualité, des 9 artistes participants à cette résidence, cela va sans dire, réussie tenue du 20 au 25 septembre dernier à Furcy. Le \"Vèvè Marassa Dossou Dossa\". Une preuve flagrante de notre \"L\'union fait la force\". Force-moteur. Force créatrice. Les étincelles d\'une fusion d\'expressions, de démarches artistiques parallèlement différentes.

Marvin Victor marvinvictor@lenouvelliste.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article